Vaste domaine que sont les allergies !!!

On distingue trois principaux types d’allergies :

– Allergie alimentaire : provoquant des troubles digestifs, respiratoires, cutanés
– Allergie cutanée :        par contact avec des allergènes naturels (animaux, acariens, poussières) ou artificiels (latex cosmétiques…)
– Allergie respiratoire : 
provocant rhinites, sinusite, asthme

 

C’est cette dernière qui nous intéresse.

Plus de 20% de la population française souffre d’allergie respiratoire et d’asthme et ce chiffre ne cesse d’augmenter. Il correspond à une hypersensibilité des muqueuses de l’arbre pulmonaire ou des cavités nasales et pharyngées. C’est une réaction excessive du système immunitaire à une ou plusieurs substances dites allergènes en principe bien tolérées par la majorité de la population.
L’allergie respiratoire est le résultat d’une réaction excessive du système immunitaire vis-à-vis des allergènes inhalés (pollens, poussières, acariens, moisissures) considérés à tort comme des agresseurs.
Les manifestations allergiques respiratoires sont :
la rhinite ou « rhume des foins » avec  nez bouché, écoulement nasal clair, picotements du nez et de la gorge, rougeurs de yeux, larmoiement et l’asthme
Les symptômes peuvent durer de quelques jours à quelques semaines. Ils varient en intensité selon la présence de l’allergène et le degré de sensibilisation de la personne.
Lorsque l’allergie atteint les poumons, on retrouve des malaises plus importants dont le plus grave est la crise d’asthme provoquant une sensation d’étouffement.



« Il y a un lien entre le fait de vivre dans un milieu trop propre, de ne pas avoir d’infections en bas âge en raison d’une trop grande prise d’antibiotiques, et le développement des allergies. Ça, c’est clair ! , Ce qui n’est pas clair, c’est le mécanisme par lequel un environnement trop propre peut conduire aux allergies. Mais certaines pistes se dessinent.
Les allergies résultent d’un dérèglement du système immunitaire. L’organisme se défend contre des corps étrangers qui ne sont pas dangereux : le pollen ou la poussière,

par exemple. Ce problème semble lié à un déséquilibre de la flore intestinale. Tout se passe pendant les premiers mois de la vie.

Les allergies résultent d’un dérèglement du système immunitaire, a ne pas confondre avec une intolérance,  par exemple, nous ne sommes pas allergique aux poils de chat, mais aux squames ou à la salive des animaux (ce ne sont pas les animaux qui sont responsables auquel cas tout le monde y serait allergique !!) pas plus qu’on ne l’est aux plumes d’oreillers ou de couettes, mais plutôt aux déjections d’acariens qui s’y cachent. 

Lorsqu’un bébé est dans le ventre de sa mère, son corps est stérile sans aucun microbe, dès sa naissance, il entre en contacte avec les microbes du milieu ambiant, de la nourriture, de la peau de sa mère. Ces microbes colonisent son tube digestif et s’installent dans son intestin. C’est ce qui constitue alors sa flore intestinale : Des centaines de milliards de bactéries, des bonnes et des mauvaises qui vivent en équilibre.
C’est en présence de ses microbes que le système immunitaire apprend à distinguer ce qui est dangereux, de ce qu’il ne l’est pas. Lorsqu’on empêche la colonisation de l’intestin chez des animaux, ils sont incapables de se défendre contre les infections et deviennent vulnérables aux maladies.

Le rôle de la flore intestinale a été démontré chez l’humain dans deux pays du nord de l’Europe, la Suède et l’Estonie. Lors d’une étude, on a réussi à distinguer les bébés qui deviendront allergiques de ceux qui ne le deviendront pas, tout simplement en comparant la composition de leur flore intestinale.

 

– Le lait : Allergie ou intolérance ?

Il ne faut pas confondre l’allergie au lait de vache causée par certaines protéines du lait, avec l’intolérance au lactose, une impossibilité de digérer ce sucre du lait. Les symptômes de l’intolérance au lait peuvent être éliminés en consommant des produits laitiers sans lactose, comme par exemple s’oriente vers des laits végétaux.

* En 2003, à Détroit, aux États-Unis, on remarque que les bébés qui ont reçus des antibiotiques avant l’âge de six mois sont deux fois plus susceptibles de souffrir d’asthme que les autres.

Il faut donc désintéressé particulièrement à une cellule très rare du système immunitaire : la cellule dendritique.

C’est la sentinelle du système immunitaire, elle patrouille constamment la peau et les muqueuses, y compris celle de l’intestin. On l’appelle “la professionnelle” parce qu’elle est capable d’aller chercher un paquet d’informations à l’extérieur du corps et de ramener ces informations au niveau de l’organe lymphoïde, là ou se trouve le lymphocyte T. Elle est capable d’aller éduquer ce lymphocyte T et de lui dire ce qu’elle a reconnu comme type d’antigène, et sous quelle forme elle l’a reconnu.L’information sera si il y a danger ou non, et si il faut réagir !! 


​- Les pollens quant à eux, déclenchent surtout des rhinites car les particules sont en général trop grosses pour arriver jusqu’aux bronches.

 

Comment cela se passe ?

L’importance de nos barrières de défenses et le rôle du système immunitaire


Tout d’abord rappelons ici que le système immunitaire de l’intestin est le plus important de l’organisme par la quantité de cellules immunitaires (lymphocytes, macrophages) déployés le long de la muqueuse.
Les cellules immunitaires synthétisent des anticorps, notamment les Immunoglobulines A sécrétoires (IgAs) chargées de défendre l’organisme contre les agents pathogènes ou opportunistes. Les IgA s tapissent toutes les muqueuses : nasale, buccale, respiratoire, digestive, urogénitales, et constituent la première ligne de défense de ces muqueuses.

Toutes ces muqueuses jouent le rôle de barrières de défense. Ce rôle est déterminant puisque si une barrière est déficiente en IgAs, les ennemis extérieurs en l’occurrence ici les pollens vont passer dans la circulation sanguine entraînant une réaction de défense de la part de l’organisme : l’inflammation.
La production d’IGAs est intimement liée à l’équilibre de l’écosystème intestinal d’où l’importance d’une flore intestinale optimale et d’une muqueuse intègre.
Les deux grandes causes d’un deficit en IgAs sont : un déficit inné, génétique, et une dysbiose induisant des perturbations du système immunitaire intestinal.
Sous l’effet de plusieurs facteurs, il peut se produire une hyper-perméabilité intestinale ou leaky gut syndrôme à l’origine d’une perturbation du système immunitaire.
L’hyper-perméabilité intestinale induit des pathologies allergiques, indépendamment des IgAs, par passage des allergènes à travers la muqueuse intestinale devenue perméable et dissémination par voie sanguine vers les autres muqueuses.

Ceci pourrait expliquer le fait que l’on puisse devenir allergique à n’importe quel moment de sa vie, vis-à-vis de toute substance, alimentaire ou non.

Dans le cas des allergies respiratoires, la muqueuse nasale et la muqueuse rhinopharyngée sont défaillantes (diminution des IgAs).
Les pollens considérés comme des agresseurs pénètrent à travers la muqueuse entraînant une production d’anticorps spécifiques qui sont les Immunoglobulines E (IgE).
Ces IgE se fixent sur la peau et les muqueuses ; l’organisme est alors sensibilisé. Lors d’un deuxième contact avec cet allergène, par exemple : un grain de pollen, les cellules qui portent ces IgE libèrent les molécules responsables des symptômes : histamines, leucotriènes entraînant un processus inflammatoire.

Parmi les accusés, les pollens figurent au premier rang , suivis par les allergènes intérieurs : acariens, moisissures, poils d’animaux, plumes, poussières de maison, de farine, de bois…)
Calendrier pollinique
Comment faire face aux allergies respiratoire

Les plantes, la naturopathie, les nutriments, l’homéopathie peuvent apporter un réel soulagement.


Prévention chez l’allergique
Il serait judicieux de s’attaquer au terrain en renforçant l’immunité, en abaissant la sensibilité aux allergènes. La prise en charge permet de faire disparaître tous les désagréments liés à l’allergie.
La micro-nutrition

Il conviendra donc de restaurer la barrière intestinale et rétablir une bonne flore intestinale.

Il existe donc des solutions !!!

 

Quoi qu’il en soit … Parler en à votre Naturopathe